Témoignage de Yves

photo-yves_bonhoureJ’ai grandi dans une famille « religieuse ».

Devenu adulte, bien des questions concernant Dieu me venaient à l’esprit. Je croyais en l’existence de Christ, à sa mort sur la croix à sa résurrection, mais je vivais très éloigné de Lui.

Les années passèrent, faites, c’est vrai de joie, mais aussi d’amertume, de découragement et de détresse physique et morale.

A 22 ans, je fis une dépression nerveuse qui entraîna des soins et une cure de sommeil d’un mois, malgré l’attention de la médecine je fis une tentative de suicide qui me plongea dans le coma durant 4 jours.

Quelques années plus tard, je fus atteint de tuberculose sévère, et s’en suivirent deux mois d’hôpital puis 2 ans de sanatorium, le poumon gauche était sérieusement atteint malgré les traitements, ma santé ne s’améliorait pas.

C’est dans ce désarroi profond qu’une personne, pourtant peu recommandable, (un SDF sans foi ni loi), me parla de réunions évangéliques organisées dans la maison de repos où je me trouvais. Ce me surprend encore c’est que Dieu ait utilisé une personne de mauvaise vie pour m’attirer à Lui. Notre Dieu est souverain…

Dans cette réunion, je fus accueilli au milieu de chants joyeux cela toucha mon cœur car je me sentais misérable et à la fois, je me sentais aimé. C’est ce moment là que Jésus choisit pour parler à mon cœur. J’ai reconnu combien je l’avais ignoré jusqu’à maintenant et que j’avais besoin de son pardon. La joie remplit mon cœur et ma santé a commencé à s’améliorer jusqu’à un complet rétablissement. Je suis assuré de son pardon et d’avoir une place dans son coeur.

Témoignage de Malika QUÉDREUX

malika_quedreux

Témoignage de Malika QUÉDREUX

Témoignage de Sébastien QUÉDREUX

pasteur_sebJe suis né dans une famille catholique. Nous avions une religion mais je peux dire avec le recul que nous ne connaissions pas Dieu ni même celui qui nous le fait connaître Jésus Christ.

J’ai donc dans mon enfance suivi le catéchisme, c’est là que j’ai entendu parler de Jésus, de sa naissance, de ses miracles, de sa mort à la croix, de sa résurrection mais jamais de la signification réelle de ces choses, de son œuvre, ni même du salut qu’il est venu apporter aux hommes. Je n’avais aucune certitude quant à ces réalités, des certitudes que seule la foi véritable peut communiquer.

Un jour tout a basculé, mon père décidait de partir de la maison. Quelque chose en moi était brisé, les larmes, l’angoisse, la souffrance de ma mère, les pourquoi, tout cela contribuait à faire de moi quelqu’un de révolté, de désemparé ne sachant où trouver apaisement et refuge.

Dans cette période ma mère a entendu parler de Jésus d’une toute autre manière. Elle a été invitée dans une réunion « de maison » où l’évangile de Jésus Christ, puissant et intégral était annoncé. Je la voyais changer, se confier dans le Seigneur, s’appuyer sur lui, s’attendre à lui, et espérer en lui malgré la situation familiale.

Elle m’encourageait à faire la même chose. C’est ce que je fis secrètement en demandant à Dieu le retour de mon père à la maison. J’expérimentais la prière du coeur. Le Seigneur m’exauça et quelques jours plus tard mon père rentrait à la maison. Convaincu que ce n’était pas le hasard, Jésus avait entendu et répondu au cri de mon cœur.

Malgré le retour de mon père, la situation familiale restait difficile. Néanmoins ma mère toujours et encore espérerait et persévérerait dans le Seigneur. La souffrance intérieure, les difficultés du foyer me conduisaient à trouver refuge dans le cannabis, l’alcool et les sorties en discothèque. Ces choses n’apportaient ni solution ni guérison à ma vie.

Ma mère continuait de prier pour moi, sa foi réelle a été un aiguillon pour moi.

Au lycée je rencontrais Malika, qui quelques années après allait devenir mon épouse. Née dans un foyer musulman, et n’étant pas moi-même converti je lui donnai un exemplaire de l’Evangile de Jean l’encourageant à le lire. C’est ce qu’elle fit en rentrant chez elle et elle fut touchée par Jean 3/16. Je savais que Jésus était la vérité mais rien ne s’était passé dans mon cœur.

Après 6 mois de mariage nous parlions déjà de divorce. En réalité Dieu nous cherchait et nos souffrances sont devenues notre salut.

Un mardi soir, désemparé et errant dans la ville du Havre je décidais de me rendre pour la première fois dans une église évangélique. Je fus reçu par Joël Chedru, pasteur de l’église. Le soir même, toute l’église intercéda pour nous avec ferveur. Quelque chose commença à changer dans notre foyer. Nous décidions de suivre régulièrement les réunions de l’église. A l’écoute de l’évangile, du message de la croix, nous étions réellement touchés, prenant conscience de la nécessité pour nous de nous repentir et de nous attacher à Dieu par Jésus Christ. Malika et moi nous engagions au travers du baptême le même jour.

Quelques temps plus tard mon père était convaincu de péché, de justice et de jugement par le Saint Esprit et se tournait vers Jésus Christ.

En 2003 nous assistions à une rencontre de jeunesse à Saint Brieuc. Le message apporté était « Souviens-toi de Jésus Christ ».

C’est ce jour là que Dieu m’appela à son service.

Guérison de Madame TOURNIER

claudine_tournierEn 1973, j’ai été atteinte de la maladie de Hodgkin dont le diagnostic a été confirmé après les analyses d’usage. De plus j’étais affaiblie par une anémie progressive. Il me semblait que je m’éteignais, moi qui avais besoin de mener à bien ma tache de maîtresse de maison, avec mes trois enfants dont le dernier avait environ un an.

J’étais chaque jour un peu plus lasse, un peu moins libre dans ma respiration, un peu plus angoissée, de plus en plus souvent au lit. Le Docteur A… avait parlé franchement à mon mari de l’urgence de me faire hospitaliser pour des soins spéciaux au pavillon des cancéreux du CHU de M…

Ce vendredi-là, alors que nous lisions l’épître de Jacques dans la Bible, notre attention a été attirée par un message qui correspondait de manière frappante à notre situation : « Si quelqu’un est malade, qu’il appelle les anciens de l’église et que les anciens prient pour lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade et le Seigneur le relèvera… ». La certitude remplit nos cœurs : le remède divin est là, à notre portée, Dieu ne peut pas mentir. Nous avons la conviction que lors du culte du dimanche, cette promesse de Dieu s’accomplirait littéralement pour moi.

Ce dimanche-là, pendant le culte, dans notre petite église, une parole réellement prophétique nous est apportée : « Je suis l’Eternel qui te guérit »…D’emblée, le St Esprit nous place sur le terrain de la foi vivante et agissante. Le pasteur prie avec autorité et ferveur. Au moment où le nom de Jésus est prononcé, mon corps est agité de violents soubresauts et, bien malgré moi, un cri étrange sort de ma bouche et, peu après, je suis envahie d’une grande paix et d’une joie intense ; je me sais guérie, mon émotion est grande et je ne peux que répéter : « Merci Jésus !… Merci jésus !… »

Le lendemain, mon mari me conduit à l’hôpital. Cela me paraît inutile puisque je suis guérie et que je vais manquer à mes enfants…mais mes parents ne comprendraient pas.

Au bout d’un mois de traitement, brûlée sous les aisselles, à demi chauve, amaigrie, je fais tellement pitié que mon mari me sort de là ; pourtant les médecins ont prévu de m’opérer dans un mois (ablation de la rate). Pour eux le diagnostic est évident et ils nous expliquent qu’en cas de refus d’opérer, mon espérance de vie sera courte. Mon mari leur raconte alors l’expérience vécue à l’église, mais ils l’abreuvent de moqueries incrédules.

Je comprends fort bien leur irritation, dictée par les évidences d’un dossier complet…

Mais notre assurance ne vient pas d’un cliché radiographique, ni d’une analyse quelconque. Nous sommes remplis d’une certitude plus grande : c’est une ferme assurance à l’intérieur, en relation avec la Parole du Dieu Vivant et Vrai…

Il y a plus de 30 ans que ces évènements ont eu lieu, notre famille s’est encore agrandie de deux enfants et je suis en bonne santé. Pour moi, Dieu est toujours vivant, réel, fidèle et bon, en accord avec sa PAROLE qui guérit.

Témoignage d’Alain TOURNIER

alain_tournier2Elevé dans un milieu athée, je reçois la Bible à l’âge de 20 ans. Voilà un livre peu ordinaire par son découpage, son style et son contenu étrange.
Les évènements d’Algérie, l’exode, le déracinement et la solitude du rapatrié favorisent l’affermissement de mauvaises habitudes dont il m’est difficile de me dégager. Au hasard d’un moment d’ennui j’ouvre la Bible.
C’est au cours de l’un de ces instants, le 1er mai 1967, qu’un verset jaillit jusqu’à mon cœur et arrête net le cours habituel de mon existence, cette existence vaine qui partait en fumée comme la cigarette que je tenais au bout de mes doigts sans pouvoir m’en séparer.

1Corinthiens 6/19 : « votre corps est le temple du St Esprit…vous avez été racheté…vous ne vous appartenez pas à vous-même… »
L’appel est fort, personnel, proche ; je discerne une certitude concrète qui va se réaliser au travers de l’offre de sainteté, de pureté pour mon être intérieur lassé de ses dépravations. Dans un élan plein d’espérance, je refuse la tyrannie de cette cigarette entamée, je l’éteins pour toujours. Sans preuves matérielles, sans mures réflexions, instantanément, une merveilleuse présence est là, c’est Dieu, je le reconnais sans qu’on me l’ait présenté : PAIX, JOIE, CLARTE inondent mon âme. Quand je sors de la maison, ce jour-là, rien n’a changé, mais tout est nouveau… Je suis né…
Dès lors, la Bible est pour moi la Parole de Dieu, tout y est vrai et vivant. Je cherche les chrétiens, ceux de la Bible sont ma référence : je désire être baptisé…Trois années de recherche qui m’ont amené à lire et pratiquer personnellement la Parole de Dieu.
Enfin je trouve un groupe de chrétiens sincères ; je déploie aussitôt un zèle excessif pour une méthode d’évangélisation par le texte écrit sur toutes sortes de supports légaux ou illégaux, textes accrocheurs ou provocateurs (vignettes, tampons, voitures bardées d’inscriptions, graphitis, etc…)
Tandis que je m’enferme dans une position de suffisance, ma famille, mes collègues s’irritent…Mais le Seigneur veille et me parle au cœur au travers du livre de la Bible « les Actes des apôtres », qui résume le service de Dieu à ce texte « PAR MON ESPRIT »… Tout l’édifice de mon activisme perd sa base et s’écroule.
J’ai soif de vraie puissance. J’aspire après le baptême dans le St Esprit. Deux ans d’attente active et enfin je saisis par la foi et dans la prière cette merveilleuse onction de puissance et parle en langues nouvelles.
Entre temps, mon épouse se tourne vers Dieu et pleure d’avoir fait attendre Celui qui l’aimait tant. Après son baptême, elle expérimente la guérison miraculeuse. Elle est baptisée dans le St Esprit et chante en langues.
C’est durant cette période que le Seigneur m’a appelé à le servir à plein temps à plusieurs reprises : prophéties, sollicitations de l’église locale, conviction intérieure, accord de mon épouse, confirmations dans le service.
Dans ce témoignage, il manque plusieurs maillons et ce que j’exprime n’est que la faible partie du profond travail complexe de la sagesse divine, œuvre du Dieu infini qui nous a tant aimés en Jésus-Christ, son Fils mort pour mes péchés et les vôtres, ressuscité pour ma justification et la vôtre…

Alain et Claudine TOURNIER

couple_tournierA la suite de graves ennuis de santé, nous avons déménagé tout près de notre fille Céline. Les prières qui ont été adressées à Dieu pour nous, ont été très efficaces pour nous soutenir moralement et spirituellement. Le St-Esprit s’activant à donner un sens renouvelé aux précieux écrits bibliques, nous a remplis de conviction pour pratiquer les conseils de la Parole de Dieu.
Par exemple: cette infirmière assez fermée dont je ne comprenais pas la mauvaise humeur à mon encontre, jusqu’au jour où j’ai osé lui demander de bien vouloir me faire savoir ce qui la contrariait afin de m’en excuser… dès ce jour un mur spirituel est tombé et la paix s’est instaurée entre nous, sans savoir comment.
Toute petite expérience de tous les jours, mais précieuse à mon cœur. S’humilier sincèrement est devenu mon arme secrète, prendre sur soi sans chercher aucune justification ou compensation morale, n’est-ce pas aussi prendre sa croix ?
J’insiste pour dire que cet éclairage nouveau et spirituel est le résultat des courants de prières en ma faveur.
« Priez pour moi ! » disait l’apôtre Paul … sachant que le Seigneur entend toutes les demandes et y répond en accord avec les promesses de SA PAROLE, à commencer par le cœur, pour celui qui croit au sacrifice offert dans la sphère divine, par Jésus sur une croix bien réelle.
Nous continuons de nous étonner sur le sens universel et complet du sang de cette alliance divine avec les hommes, avec chaque individu.